Parashat Bamidbar

בס”ד

Parashat Bamidbar – פרשת במדבר
Chapitres 1 à 4

 

Bamidbar est la parasha de la mise en ordre des Bnei Israël dans le désert, avant que soit donné l’ordre de marche.

Trois grands sujets y sont abordés.

L’Eternel ordonne que l’on procède au recensement du peuple selon leurs familles et leurs maisons paternelles…depuis l’âge de vingt ans et au-delà. Les hommes qui représenteront les tribus sont nommés. Le recensement est effectué par Moshé et Aharon, et le texte en décline les résultats, tribu par tribu.

Puis notre parasha énonce l’ordre précis dans lequel le peuple campera, et se déplacera dorénavant. Au centre, la tente d’assignation, autour, le camp des Lévyim, et autour, le camp d’Israël, lui-même organisé par groupes de trois tribus.

La suite de notre parasha est dédiée aux fonctions spécifiques dévolues aux différentes familles de Lévyim.

L’ensemble de la parasha se distingue par le souci de l’ordre, du Seder, ce qui fait dire au Midrash Tanhouma…

 וכתבה התורה כל זה באריכות ללמד לדורות כי כל עניני הקדושה והעבודה דורשים סדר

 « la Tora a écrit celà longuement, pour enseigner aux générations que tout ce qui a trait à la sainteté et au service divin, exige de l’ordre… ».

Dès la création, Dieu imprime un « Seder » dans les trois niveaux du réel que sont…

 נפש, עולם, שנה – l’humain, l’espace et le temps, à travers la création des luminaires grand et petit pour la détermination des mois, et des temps, l’institution du Shabbat et de Rosh Hodesh, la séparation entre mâle et femelle, etc.. Cette idée est particulièrement présente dans la Tora, l’esprit et la pratique du Judaïsme.

Seder dans l’Espace עולם-

Nombreux sont les textes qui mettent en évidence l’organisation et l’ordonnancement parfaits de l’espace, dans la création.

Par exemple, le psaume 148…

הללויה, הללו את ה” מן השמים הללוהו במרומים…הללוהו שמש וירח הללוהו כל כוכבי אור

הללוהו שמי השמים והמים אשר מעל השמים…ויעמידם לעד לעולם חק נתן ולא יעבור

« Louez Dieu, louez l’Eternel à partir du ciel, louez-le dans les hauteurs…louez-le soleil et lune, louez-le toutes les étoiles lumineuses, louez-le cieux des cieux, et les eaux qui sont au-dessus du ciel…Il les a maintenus à jamais pour l’éternité. Il leur a mis des lois qui ne changeront pas… »

Ce psaume poursuit son exhortation, en passant progressivement de la dimension de l’infiniment grand, au niveau de l’infiniment petit, évoquant un ordre immuable.

C’est cette organisation harmonieuse de l’univers, qui rend possible notre vie sur terre.

Nous retrouvons cette exigence d’ordre, de Seder, dans les lois de la Tora. On a évoqué ci-dessus l’ordre d’installation, et de marche dans le désert, des camps des tribus d’Israël.

Dans ce même ordre d’idée, la Tora prend soin de définir avec précision les frontières d’Eretz Israël, qui tracent les limites « politiques » du territoire, mais surtout, définissent l’espace ou s’imposent les nombreuses Mitsvot liées à la Terre d’Israël, telles que la Shémita, le Jubilée, les prélèvements, Léket, Shikh’ha et Péah, qui concernent la moisson et la Tsédaka.

La Terre elle-même est hiérarchisée en ordre croissant de sainteté, comme cela est décrit dans le Talmud (Kélim 1/6-9) …

עשר קדושות הן: ארץ ישראל מקודשת מכל הארצות…

« Il y a dix degrés de sainteté : Eretz Israël est plus sanctifiée que toutes les terres… »

Puis la Mishna entreprend une ascension de l’échelle de sainteté à l’intérieur d’Eretz Israël, pour arriver au lieu le plus saint, le Kodesh HaKodashim, le Saint des Saints au cœur du Temple.

En fait, l’univers et le monde sont régis par un Seder extrêmement précis, qu’il s’agisse de notre « bas-monde », ou du monde des galaxies. Selon la sagesse juive, cet ordre témoigne de la volonté du Créateur. De la même façon, l’homme ne peut mettre de l’ordre dans sa vie, sans une dose de volonté, de Ratson.

 

Seder dans le Temps-שנה-

Tout ce qui a été dit à propos du Seder dans l’Espace, est encore plus vrai s’agissant du Temps.

La Tora commence par Beréshit, au commencement. Bien que selon Rashi ce mot ne vient pas indiquer une chronologie dans la création, il est clair qu’il y a un début et une fin au récit de ladite création, ponctuée chaque jour par יהי ערב ויהי בוקר « ce fut soir et ce fut matin », jusqu’au sixième jour où furent « achevés le ciel et la terre et toutes leurs armées ».

Chaque soir nous rendons grâce à Dieu…

אשר בדברו מעריב ערבים בחכמה, פותח שערים בתבונה משנה עתים , ומחליף את הזמנים…

בורא יומם ולילה גולל אור מפני חושך, וחושך מפני אור, המעביר יום ומביא לילה

ומבדיל בין יום ובין לילה

« …Par sa parole il fait arriver les soirs avec sagesse ; il ouvre les portes du ciel avec intelligence ; il modifie les temps, il crée le jour et la nuit, fait cesser la lumière en faveur des ténèbres et les ténèbres en faveur de la lumière ; il fait passer le jour et fait venir la nuit, et sépare le jour de la nuit… ».

De même qu’on passe du jour à la nuit, et de la nuit au jour, et que chaque temps requiert de l’homme une action spécifique liée à ce temps, il y a également des temps réservés au Sacré, et d’autres réservés au profane, dont les Mitsvot ne sont pas interchangeables.

La sonnerie du Shofar de Rosh Hashana, le Loulav de Soukot, par exemple, sont des Mitsvot liées à un temps précis, ni avant, ni après ce temps. Leur mise en pratique hors de ces temps leur ôte toute signification, et peut même nous mettre en infraction.

La vie juive est riche en exemples : la Mila ne se pratique qu’en plein jour, de même que le port des Tsitsit, etc…

C’est pourquoi les Maitres du Moussar (enseignements moraux fondés sur la Tora) ne tarissent pas d’éloges à propos de l’organisation du temps…

מאחר דהבריאה מסודרת בסדר נפלא עד מאוד ועצם קיומה הוא דוקה  בסדר ובמשטר.

א”כ ודאי שהתורה עצמה שהיא שרשה וקיומה ותכליתה של הבריאה, מיוסדת על ענין הסדר.

והנה יסוד התורה הוא עליה בלתי פוסקת…עליה בהדרגה…

“ La création est organisée dans un ordre parfait, et le principe même de son existence repose précisément sur l’ordre et le contrôle. Si c’est ainsi, il est sûr que la Tora elle-même, qui est la racine, le maintien, et le but de la création, est fondée sur le principe de Seder. Et le fondement de (l’étude et la pratique de) la Tora, est une ascension ininterrompue…une ascension par paliers successifs » (Cité par le Rav Rivlin-Yiouné Parasha).

Le Rav Wolbe (Alei-Shour) tire de ce principe un enseignement pratique… (Traduction libre)

« Une personne qui s’investit dans la Tora…se fixe des temps pour l’étude. De même, faut-il se fixer à soi-même quand aller se coucher et quand se lever, quand prier et quand prendre son petit-déjeuner, ainsi que l’emploi du temps de toute la journée.

« Il existe un principe important, le Seder, l’ordre, témoigne d’une forte volonté, et une volonté réelle se manifeste à travers l’ordre…Une personne qui mène son existence selon un Seder, préserve sa sainteté, mais s’il renverse ses priorités, il court le risque de tout perdre… »

 

Seder dans l’Humain-נפש

L’apparence extérieure joue un rôle important. On trouve dans la Tora des instructions destinées aux Kohanim, dont l’aspect extérieur se doit d’être honorable et ordonné. Ils doivent porter des vêtements spécifiques.

La Tora dit à ce propos…

ולבש הכהן מדו בד…Le prêtre revêtira son habit de lin… (Vayikra 6/3)

Et la Guémara (Yoma 23/b) interprète מדו (son habit) en כמדתו (à sa mesure), et Rashi précise…

שיהא כתונת כהנים למדת קומתו, לא נגררות ולא מסולקות

« Que la tunique du prêtre soit à sa taille, ni trop courte, ni trop longue. »

Cette recommandation s’adresse a chacun…

בכל עת יהיו בגדיך לבנים « Qu’à tout moment tes vêtements soient blancs » (Kohélet 9/8)

Dans le Guide des Egarés, le Rambam insiste sur la nécessite de soigner son apparence pour  «  que l’homme ne soit pas comme les animaux ».

Pour de nombreux maitres, la propreté extérieure est le reflet d’une intériorité pure et propre.

Ce qui a fait écrire à Rabbi Zoundal Salanter, père de Rabbi Israël Salanter, fondateur du mouvement du Moussar…

« L’absence de Seder, d’ordre, provoque la confusion d’esprit ; et une personne confuse dans sa vie quotidienne, l’est aussi dans le service de Dieu…la confusion et le désordre ne commencent pas précisément dans les grandes choses, mais dans des choses mineures, comme une attitude désinvolte, ou une tenue négligée… »

D’où l’importance du Seder dans notre environnement, notre emploi du temps ou notre aspect extérieur.

Ce n’est pas par hasard que la soirée de Pessah s’appelle Seder, que les six Traités de la Mishna qui sont la base de la Loi juive se nomment Seder, ou que le programme d’étude dans les Yéshivot soit appelé Seder.                         

 

Shabbat Shalom

Ce Dvar Tora est inspire d’un enseignement du Rav Abraham Rivlin 

Il est dédié à l’élévation de l’âme de

mon regrette beau-père

Mordekhay Ben Myriam Bénichou

Dont la Hazkara est le 28 Yiar, 43eme jour du Omer.

תהה נפשו צרורה בצרור החיים

About The Author

EnglishFrenchHebrew